Shakymiel

Miel
  • Les abeilles

Une ruche peut abriter de 30000 à 60000 ouvrières et de 1000 à 2000 mâles, et 1 seule reine.
La reine pond jusqu’à 2000 œufs par jour, 50000 dans l’année (en moyenne).
De l’œuf à la naissance il faut : 16 jours pour une reine, 21 jours pour une ouvrière et 24 jours pour un faux bourdon.
Le périmètre exploré par une butineuse est de 3 km (jusqu’à 12 km en cas de butin attractif).
La masse d’une abeille : environ 78 mg. .
Les nectaires d’une fleur contient 0,025 mg de nectar.
Pour 1 g de nectar, les abeilles doivent butiner 8000 fleurs.
1 kg miel = visite de 5,6 millions de fleurs.
Lorsque l’abeille rentre à la ruche, sa charge en pollen et nectar est d’environ 70 mg.
Vitesse de vol d’une abeille : 30 km/h à 200 battements d’ailes à la seconde.
L’abeille butineuse vole à une altitude comprise entre 1 et 8 mètres par rapport au niveau du sol, les faux bourdons 10 à 20 mètres.
Pour fabriquer 1 kg de cire, les abeilles consomment 10 kg de miel. (Note: vérifier si c’est du miel ou du nectar)
Une écaille de cire produite par les glandes cirières d’une abeille pèse 0,8 mg.
Il faut 1 million d’écailles pour 1 kg de cire soit dix jours pour 30000 abeilles.
Lors de son vol nuptial, la reine des abeilles va s’accoupler avec une douzaine de faux bourdons, puis elle ne s’accouplera plus jamais au cours de sa vie. Suite à l’accouplement, elle pourra pondre chaque jour, pendant 3 à 5 ans, plus de 1 000 œufs fécondés.
Le faux bourdon (abeille mâle) est incapable de se nourrir seul ; il doit donc quémander sa nourriture aux ouvrières (abeilles femelles).
Pour produire un kilo de miel, une colonie d’abeilles parcourt collectivement environ 40 000 kilomètres. (approximativement le tour de la Terre!)
Quand les abeilles éclaireuses partent à la recherche de nourriture, elles suivent un trajet aléatoire. Cependant, grâce à leurs talents de navigatrices, elles sont capables de retourner à la ruche en ligne droite.
Un faux bourdon peut donner naissance à de nombreuses « filles », mais à aucun « fils » (car les faux bourdons sont issus d’œufs non fécondés).
Les faux bourdons (les abeilles mâles de plus petite taille qui éclosent au cœur de l’été) n’ont pas de dard du tout.
L’œuf d’une future reine des abeilles est le même que l’œuf d’une ouvrière. C’est la nourriture donnée à la larve (gelée royale) qui détermine si la larve va devenir une reine.

bee-382895_640

  • Les bourdons (bombus)

Les bourdons sauvages n’essaiment jamais. Vous pouvez essayer d’établir un ou deux nids dans votre jardin sans crainte de les voir partir.
Les bourdons ne produisent pas suffisamment de miel pour un usage commercial, mais uniquement quelques grammes pour nourrir les jeunes individus.
Les bourdons n’ont pas tous un dard. Seules les femelles en possèdent un. Les bourdons sont beaucoup moins agressifs que les abeilles. Ils n’attaquent généralement pas les humains, sauf si leur vie est menacée.
Contrairement aux abeilles, le dard du bourdon ne s’arrache pas lorsqu’il pique. Il ne mourra pas suite à une piqure contrairement à l’abeille domestique.
Encouragez la venue des bourdons dans votre jardin ou votre ferme. En échange, ils contribueront à la pollinisation de vos fleurs, vos fruits et vos légumes.

Une abeille peut voler jusqu’à 30 km/h en effectuant 200 battements d’ailes à la seconde.
L’abeille domestique  est le seul insecte qui produit un aliment consommé par les êtres humains.
On compte dans le monde 9 espèces d’abeilles produisant du miel et deux hybrides créés par l’homme : l’abeille africanisée (croisement entre l’abeille européenne Apis mellifera et une abeille africaine Apis mellifera scutellata et la Buckfast frère Adam).
Comme les autres abeilles, les abeilles domestiques ne distinguent pas la couleur rouge. Elles visitent cependant les fleurs rouges car elles sont sensibles aux ultraviolets. Elles ne s’intéressent pas du tout aux roses.
Comme pour les autres types d’abeilles, les abeilles domestiques ont 5 yeux : 3 yeux simples (ocelles) au sommet de la tête et 2 yeux composés à facettes.

Continuer la lecture

 VIDÉO – Ces sons, retranscrits grâce à des capteurs placés à l’intérieur des ruches, rappellent le chant de mammifères marins. Deux chercheurs tentent de déchiffrer ce curieux langage ainsi que celui, encore plus étonnant, des abeilles ouvrières.

queen-cup-337699_1920

Lorsqu’on découvrit que les abeilles effectuaient des danses pour indiquer à leurs congénères où se rendre pour trouver du pollen, ce fut une petite révolution. Mais là, c’est une étape supplémentaire que viennent de franchir Yves Le Conte (Inra Avignon) et Martin Benzick, physicien à l’université de Nottingham, en tentant de déchiffrer les vibrations mystérieuses que produisent les abeilles. «Nous souhaitions voir si l’on pouvait prédire de cette manière la santé des ruches», raconte le chercheur français.

En plaçant des capteurs dans la ruche et en transformant les vibrations en ondes sonores, «nous avons découvert que cela faisait comme des mots, cinq ou six au total». Des petits claquements secs audibles par le seul truchement d’un ordinateur mais qui sont imperceptibles dans la nature à la différence du chant des reines, qu’il est possible de percevoir à condition de se trouver tout à côté d’une ruche et qu’il est possible d’écouter dans la vidéo en tête d’article.

Continuer la lecture

Le blog est actuellement en construction.
Revenez vite.

Edit: Voilà, le blog est lancé 🙂 Vous allez pouvoir suivre l’évolution de mon rucher en le consultant.

10256316_543188229131091_6252189266362025897_n

1975236_534831933300054_541080356_n

1551500_534831936633387_107526979_n

La page facebook – Likebox

Newsletter Shakymiel

Pour être mis au courant des nouveautés, nouvelles récoltes de miel, idées, etc, inscrivez vous à ma newsletter

Traduction

English French German Italian Portuguese Russian Spanish

Dons via PayPal